Affaire Nanfo Diaby: Elhadj Mansour Fadiga répond au ministre Charles Wright

0
300

En tournée dans la région de Kankan, le ministre de la justice et des droits de l’homme a soutenu devant le grand Imam de cette ville que Nanfo Diaby est libre de prier dans la langue de son choix. Il peut même prier en chinois, s’il veut. Une sortie qui a créé une avalanche de réactions notamment chez les religieux. Elhadj Mansour Fadiga, Imam et chroniqueur religieux dit que ce n’est pas au ministre de la justice de gérer cette situation.

 » Monsiuer le ministre de la justice avec tout le respect que je lui dois, il est rentré dans un champs qui n’est pas le sien. On ne doit pas traiter ça sous l’angle des droits de l’homme. L’affaire religieuse, y’a un ministre, un département qui doit traiter ça. Nous disons à monsieur le ministre de laisser le domaine religieux au compte du secrétariat aux affaires religieuses. Et déjà la Cour suprême a déjà tranché ça depuis l’année dernière. Nous donnons conseil à notre parent Nanfo Diaby de cesser de provoquer les musulmans. Lui-même a dit dans le tribunal qu’il n’est pas musulman. Donc il n’a qu’à laisser les symboles des musulmans. Dire que ce sont les droits de l’homme qui l’autorisent de prier en maninka ou en chinois, nous disons non. » a expliqué cet imam connu pour son franc parler.
Elhadj Mansour Fadiga signe et persiste que Nanfo Diaby n’est pas sur le bon chemin

 » Nanfo est en porte-à-faux avec l’islam. ça  il faut le reconnaître. Il veut amener aussi la division. »
MLB